Sélectionner une page

Aujourd’hui, je vais vous parler des trois types de confiance en soi et de la manière de renforcer votre confiance dans chacun de ces domaines. Cet article à pour but de motiver les personnes ayant un manque de confiance en soi.

Que ce soit au travail, avec vos amis, dans votre vie amoureuse, peu importe. 

Si vous voulez savoir comment être plus confiant, vous devez identifier le domaine dans lequel vous êtes le plus faible et vous mettre au travail.

Commençons dès maintenant.

1- Confiance expérientielle

Au lycée, j’étais terrifié à l’idée de bavarder avec des inconnus, surtout avec les femmes. 

J’ai eu plusieurs béguins sérieux… avec lesquels je n’ai évidemment jamais essayé de parler. 

La simple idée d’aller leur parler sans preparer ma conversation me faisait flipper.

Aujourd’hui, j’ai du mal à me souvenir de ce qui m’inquiétait tant. Entamer une conversation avec un inconnu ? ça ne me fait plus peur ou presque.

Comment ? Eh bien, une grande raison est que j’ai acquis de l’expérience. 

  • J’ai au fur et à mesure appris à avoir confiance en moi.
  • J’ai eu la honte plein de fois, ces fameuses conversations atroces et gênantes.
  •  J’ai depuis parlé à des milliers de personnes.
  • J’ai testé des centaines de choses, d’approches

C’est maintenant quelque chose de familier pour moi, je ne ressens presque aucune pression.

Vous avez déjà fait la même expérience dans votre propre vie.

Laissez moi vous le prouver avec un exemple très simple.

Est ce que vous avez eu peur ?

 La première fois que vous vous êtes retrouvé seul dans une voiture, sans le moniteur d’auto-école à vos côtés. « Et si je fais une connerie, je n’ai personne pour rattraper et je ferai un accident »

Vous avez ressenti de la peur, de l’inconfort, une sensation spéciale.

Ou peut-être pas. Peut être que la conduite ne vous a jamais fait peur.

Mais il y a forcément un domaine ou vous avez ressenti ce genre de chose.

Mais au bout d’un moment, on s’adapte tous. 

Ce n’est pas que notre façon de conduire soit nécessairement plus sûre, mais notre corps apprend simplement que ça ne nous tuera pas.

Et on prend en experience.

Au bout d’un moment, on devient sûr de soi.

Groupe de personnes affichant de la confiance en soi.

Le type de confiance que l’on ressent dans un environnement spécifique, que ce soit en conduisant sa voiture, en faisant des présentations au travail ou en parlant à des femmes, est une confiance expérientielle.

  •  Nous l’avons tous développée dans un certain moment de notre vie.

  • Tout ce que vous avez à faire pour la gagner, c’est de réussir une tâche quelconque.

  •  Cette confiance se développe même lorsque vous échouez. Si (et c’est important) vous ne considérez pas l’échec comme permanent.

Lorsque j’étais étudiant.

Si j’avais rencontré une fille de façon gênante et qu’après, je me disais : « Tu fais toujours tout foirer. Tu es vraiment nul ! »

Je n’aurais peut-être pas acquis de confiance expérientielle.

Mais je ne l’ai pas fait. 

Mon processus de pensée était plutôt : « Eh bien, ça craint. J’espère que tu as appris quelque chose, tu n’a rien de cassé, tu n’es pas blessé ! » 

Ou il m’arrivait également de me dire:

“Plus jamais ça, plus jamais cette erreur, plus jamais je ne veux ressentir ça”

  • Certes, ce n’est pas la meilleure façon de se parler, mais c’est suffisant pour acquérir une confiance expérientielle à chaque échec. 
  • Soyez reconnaissant de l’opportunité d’apprendre, reconnaissant que vous êtes toujours en vie, et vos échecs contribueront à votre confiance.

La recette de la confiance expérientielle est très simple.

Posez-vous la question suivante : « Statistiquement parlant, cela risque-t-il de me causer des dommages physiques ?

 Si la réponse est « Non, je ne souffrirai probablement pas de blessures physiques », faites-le. Même si vous avez peur, si vous avez un manque de confiance en vous …

Parce que devinez quoi ?

 Faire quelque chose quand vous avez peur est le meilleur moyen de renforcer votre confiance pour la fois suivante.

2 – Confiance émotionnelle

La confiance émotionnelle est le type de confiance que vous «  enclenchez « . Laissez-moi vous expliquer…

A 23 ans, si je n’avais pas développé cette confiance expérientielle: 

Je ne serais jamais monté dans des grattes ciel, au culot, en Plein Montréal; à demander à avoir un rendez vous instantané avec la RH de la société.

Sans n’avoir aucun rendez vous de pris, ni aucun contact, ni aucune connaissance du nom de cette personne. C’était de l’impro totale.

Je rentrais, réussissait à passer la sécurité en prétextant que j’avais rendez vous avec le service RH (en ayant l’air convaincu et sur de moi – Poker face)

Le plus souvent je me suis fait recaler, mais en persistant, j’ai aiguisé mon approche et connaissait par coeur les objections.

J’avais développé une technique en récupérant des adresses emails la veille avec email hunter, ou en me renseignant sur le nom de l’entreprise et ses représentants RH.

J’envoyais un mail la veille.

 Et je me pointait le lendemain, sans avoir eu aucun retour ni rendez vous;

Je pretextais à l’accueil que j’avais rendez vous avec  tel personne de tel service.

Et devinez quoi?

ça a fini par fonctionner !

 j’étais alors escorté en haut du building.

 Ensuite il fallait jouer de la magie de l’improvisation : CONVAINCRE.

J’ai pris des refus, certes, c’était difficile mentalement: OUI, mais j’ai pris cela comme un jeu.

Et devinez quoi ? En 7 jours j’ai été engagé par le groupe Hyatt dans la branche qui me plaisait le plus. Ce fut d’ailleurs une de mes meilleures expériences professionnelle.

A ce moment bien sur que je me sentais nerveux, un manque de confiance en moi interieurement.

Mais j’avais besoin de présenter un visage confiant.

Comment y suis-je parvenu ?

Je me suis préparé mentalement au préalable. 

La préparation mentale est essentielle parce qu’elle vous permet de bénéficier d’une confiance expérientielle, même si elle est imaginaire. 

Plus précisément, j’ai planifié la façon dont je présenterais mon cas, j’ai réfléchi à la façon dont il pourrait réagir et j’ai planifié la façon dont je traiterais chacune des réponses.

Comme un petit diagramme de décision « Si…alors ». Cela m’a évité d’être pris au dépourvu et m’a aidé à garder mon calme. 

Je ne saurais trop recommander cette tactique pour les conversations importantes. Mais j’ai surtout puisé dans la confiance émotionnelle en contrôlant mon corps.

 Je l’ai déjà dit, et je le répète.

Contrôlez votre corps et vous contrôlez vos émotions. Si vous perdez le contrôle, vos émotions et votre manque de confiance vous envahissent.

Petit aparte.

Que l’on soit bien clair avec ça:

  • Je ne suis pas le meilleur pour convaincre
  • Pas le meilleur en impro
  • Je ne suis pas le meilleur storyteller

Mais à ce moment là, ce qui m’a permis d’avoir de la réussite, c’est le COURAGE, et l’audace.

Je suis entré, lui ai serré la main et j’ai souri, même si j’avais le trac. 

J’ai résisté à l’envie indéfectible de croiser les bras. Au lieu de cela, j’ai reculé mes épaules et j’ai ouvert ma posture. J’avais envie de lancer tout mon baratin d’un seul coup pour en finir. Mais je ne l’ai pas fait. J’ai parlé à mon rythme habituel.

Je tremblais quand je me suis assis. Mais au bout de quelques minutes, la conversation s’est calmée, même si la conversation n’était pas devenue plus facile. 

Finalement, je n’ai pas eu à résister à un cœur qui s’emballe ou à simuler. J’avais pris confiance en moi.

C’est de la confiance émotionnelle.

La confiance émotionnelle est excellente dans les situations que vous pouvez prévoir, comme les grands discours, les conversations difficiles ou les événements qui vous tiennent à coeur.

Un manque de confiance peut se combler avec cette méthode.

Le problème de la confiance émotionnelle est qu’elle n’est pas automatique. 

Vous devez l‘activer, et vous n’aurez peut-être pas le temps ou l’espace de vous rendre compte que quelqu’un est en face de vous ou que vous êtes pris au dépourvu.

Voici un article supplémentaire qui vous aidera à activer votre confiance sur commande.

Alors que faire si vous n’avez jamais vécu une situation difficile ET que vous n’avez pas le temps de vous endurcir. Comment être sûr de soi alors ? 

Comment se fait-il que ces grands méchants semblent savoir gérer TOUT ce qui se présente à eux ?

Eh bien, c’est parce qu’ils ont le troisième type de confiance en soi…

3 – Estime de soi

C’est le niveau le plus fondamental, c’est la confiance la plus profonde.

Pourquoi l’estime de soi ? Pourquoi pas des muscles énormes, de l’argent ou toute autre chose qui donne un avantage concret et réel ?

Parce que la confiance dans l’ère moderne n’est pas une question de survie.

 Il y a des hommes qui font du base jump, des hommes qui font des sports de combat ultra dangereux, des hommes qui escaladent des falaises sans assurance…

Ces mêmes hommes peuvent manquer de confiance lorsqu’il s’agit d’engager la conversation avec des inconnus.

 La confiance, de nos jours, n’est pas menacé par des os cassés, mais par une identité brisée.

Et si je leur parlais et qu’ils m’ignorent ? Et si elle me rejetait ? Que penseraient les gens de moi ?

« Que pensent les autres de moi ? »

Une grande estime de soi est le niveau ultime car avec une grande estime de soi, votre confiance est auto-générée.

  •  Elle n’est pas basée sur ce que les autres pensent de vous, il s’agit de respecter votre propre code et vos valeurs.
  • Lorsque vous associez votre identité au respect de vos propres valeurs, la seule personne qui peut nuire à votre identité, c’est vous !
  •  Ce qui signifie que vous êtes en sécurité absolument partout, peu importe qui vous regarde.
  • C’est ainsi que certaines personnes savent être en confiance tout le temps. Parce que leur identité n’est jamais en jeu, tant qu’ils respectent leurs propres valeurs. Aucun rejet ni aucune gêne ne peuvent nuire à leur identité. Ils ne souffrent presque jamais d’un manque de confiance en eux.

 Quelles sont les valeurs que les personnes ayant une grande estime de soi ont tendance à respecter ? Il y en a beaucoup, mais le plus souvent ce sont :

● Je fais toujours de mon mieux, quoi qu’il arrive.

● Je m’exprime pleinement

● J’assume la responsabilité de mon propre bonheur 

● Je fais en sorte de toujours faire ce qui est juste, pas ce qui est facile

Si j’avais eu une meilleure estime de moi au lycée mon processus de réflexion aurait ressemblé à ceci :

« Cette fille ne veut pas sortir avec moi. C’est dommage. Je l’aime bien et j’aurais aimé qu’on puisse avoir un rendez-vous. Mais l’important, c’est que j’ai essayé, que je me sois donné à fond. J’ai respecté mes propres valeurs. Alors tout va bien ».

Tant que vous pensez en fonction des autres

  • Les personnes vont penser cela de moi?
  • Est ce que j’ai fait bonne impression?
  • Est ce que mon discours était bien?

Vous serez à la merci des opinions des inconnus. 

C’est une façon inefficace de voir les choses.

Identifiez-vous plutôt à cela : « J’essaie de faire de mon mieux pour faire ce qui est juste. »

Conclusion: Comment tuer le manque de confiance en utilisant ces trois piliers

Se concentrer sur ce qui est familier car la familiarité engendre le confort.

 Mettez-vous donc délibérément dans des situations qui vous donneront un sentiment de familiarité, dans des situations qui peuvent sembler peu familières. 

Si vous ressentez un manque de confiance avant un événement.

Allez faire du repérage sur les lieux, avant une importante réunion par exemple

Ou visualisez une conversation et le pire scenario dans votre tête. 

Si vous n’avez pas le temps, demandez-vous, en quoi votre situation actuelle est similaire à quelque chose que vous avez déjà réussi à faire auparavant.

Prenez le contrôle de vos émotions avec votre corps, ouvrez-vous et parlez plus fort.

Ecrivez vos valeurs et pensez de cette maniere:

« Je suis la personne qui fait ce qui est juste ».

A partir de là, aucun échec, aucune humiliation ou rejet, aussi profond soit-il, ne peut toucher votre identité.

Une dernière chose.

La confiance est un cycle. Le manque de confiance l’est aussi.

 Vous pouvez vous retrouver dans différents cycles à différents moments de votre vie, vous pouvez être dans une spirale ascendante au travail (faire du bon travail, avoir une promotion, prendre des risques et en voir les bénéfices).

Et une spirale descendante dans votre vie amoureuse (se sentir nerveux, être rejeté, se sentir moins confiant). 

Ou inversement, peu importe.

Je vous conseille ceci :

Commencez, faites des choses.. La nature d’un cycle est que le démarrage est la partie la plus difficile. 

Comme sur un vélo, le plus dur est de donner le premier coup de pédale.

Ensuite, l’inertie prend le dessus. 

Alors, si vous n’êtes pas là où vous voulez être, faites quelque chose de petit et faites-le maintenant.

  • Inscrivez-vous à un cours de Théâtre
  • D’improvisation
  • De danse
  • Prenez rendez-vous avec votre patron
  • Appelez la personne à laquelle vous avez pensé et invitez-la à sortir.
  • Etc …

Peu importe comment ces choses se passent.

 La chose la plus importante que vous puissiez faire pour gagner en confiance en soi est de commencer, dès maintenant.

À votre tour, maintenant.

Passez à l’action.

Ton Ebook Offert !

Ton Ebook Offert !

Bravo, vérifie tes mails et régale toi :-)